Le Cerveau du Bonheur (Rick Hanson)

Le Cerveau du Bonheur, écrit par Rick Hanson, est un ouvrage passionnant, c’est avant tout un concentré d’explications scientifiques sur le fonctionnement de notre cerveau car Rick Hanson est neuropsychologue et par conséquent son livre aborde de manière sérieuse les dernières recherches en neurosciences. C’est également un recueil sur la méditation et la pensée positive, j’ai lu des livres entièrement axés sur la méditation ou la pensée positive, ce livre a la force de développer les deux sujets de manière complémentaire. Rick Hanson nous explique qu’il est nécessaire de cultiver et développer son bonheur jour après jour car le simple fait de méditer et contempler son esprit ne suffit pas à déraciner les mauvaises herbes. La méditation est donc nécessaire mais elle doit être complémentaire avec la pensée positive. 

Sommes-nous responsables de notre bonheur ? Pour Rick Hanson, il n’y a aucun doute, si vous souhaitez être heureux, vous devez cultiver la positivité au quotidien en vous « imprégnant de ce qui est bon ». Il nous explique qu’un tiers de nos forces intérieures seraient innées (intégrées dans nos gènes) mais que les deux autres tiers se développent au cours du temps et se cultivent au quotidien, d’où l’importance de travailler à son bonheur tous les jours. Le bonheur n’est donc pas quelque chose d’acquis mais un état d’esprit qui demande un réel travail sur soi-même. 

Rick Hanson

Rick Hanson, neuropsychologue et fondateur de l’institut Wellspring pour les neurosciences contemplatives

Méditation et pensée positive

Par exemple, si vous êtes en colère contre une autre personne, vous pouvez dans un premier temps observer votre colère ainsi que vos pensées obsédantes à propos de cette personne. Vous pouvez laisser le flux de votre conscience explorer cette colère sans la rejeter ou vous y accrocher. Ce premier travail d’introspection et de méditation vous permettra de mieux comprendre votre comportement et vos réactions face à cette colère, vous pourrez même l’atténuer ou la dissiper sous la lumière d’une conscience acceptante.

Mais en complément de ce travail, vous pouvez également éprouver un sentiment de compassion pour cette personne qui peut être mal agit mais qui souffre certainement elle aussi. En cherchant et en créant délibérément ce sentiment positif et compassionnel, vous avez beaucoup plus de chance d’éradiquer cette colère qui est en vous.   

La plasticité neuronale

Il serait très difficile d’évoquer un cerveau qui serait heureux ou « le cerveau du bonheur » sans parler de plasticité neuronale. Rick Hanson nous explique que le cerveau change constamment en fonction de nos expériences, « tout ce que nous percevons et ressentons, tout ce que nous voulons et pensons de manière répétée sculpte lentement mais sûrement la structure neuronale ».

Sans entrer dans un langage trop scientifique ou technique, Rick Hanson veut nous montrer que nos expériences comptent car elles laissent des traces durables dans notre cerveau. En partant de ce constat, il devient beaucoup plus habile de privilégier les bonnes expériences (la bienveillance, la résilience, les émotions agréables, un état d’esprit positif, une meilleure estime de soi, la confiance en soi…) que les mauvaises (inquiétude, anxiété, apitoiement sur soi…).

En réalité, notre cerveau est sans cesse absorbé et façonné par ce que nous pensons, notre attention va tout au long de la journée (et de notre vie) se porter sur différents objets (problèmes, douleur, travail…) et c’est ce processus qui va déterminer nos pensées et créer nos expériences. Et c’est à niveau précis qu’intervient le livre de Rick Hanson, il est selon lui, possible d’influer sur l’orientation de cette attention en créant délibérément les expériences que nous souhaitons puis de les prolonger dans le temps.

Cerveau humain

Le cerveau change et évolue sans cesse en fonction de nos expériences

Un penchant naturel et prononcé pour le négatif

Notre cerveau s’est façonné sur plusieurs centaines de millions d’années. Afin d’assurer leur survie, nos ancêtres devaient être particulièrement prudents à tous les dangers (animaux sauvages, froid, rencontres avec d’autres hommes…) mais ils devaient également se procurer de la nourriture et un abri de manière quotidienne.

Les notions de prudence, vigilance et urgence ont été au cœur des préoccupations quotidiennes des hommes pendant une grande période et c’est ce qui explique que le cerveau humain a intégré un penchant négatif au cours de son évolution. C’est pour cette raison que nous retenons beaucoup plus facilement une expérience négative qu’une expérience positive.

Si dans une journée vous effectuez 9 actions correctement et qu’une seule de ces actions est un échec, vous retiendrez très certainement cet échec et vous vous focaliserez sur celui-ci en priorité. C’est un phénomène d’abstraction sélective qui va très souvent vous empêcher de voir une situation dans sa globalité et lorsque nous nous sentons mal, nous avons tendance à minimiser les événements positifs et sur-réagir aux événements négatifs. Et le meilleur moyen de compenser le penchant négatif est de s’imprégner régulièrement de ce qui est bon.

Hommes préhistoire

Nos ancêtres devaient se battre tous les jours afin d’assurer leur survie et se reproduire

S’imprégner de ce qui est bon

Afin de minimiser notre penchant négatif et accéder au bonheur, nous devons, selon Rick Hanson, régulièrement s’imprégner de ce qui est bon. Mais concrètement comment fait-on ?
 
L’auteur nous décrit une méthode scientifique permettant de modifier positivement les structures neuronales de notre cerveau, cette méthode est divisée en quatre étapes bien distinctes : activer une expérience positive, l’enrichir, l’absorber et lier les éléments positifs et négatifs. Chacune de ces étapes est précisément décrites et illustrées avec des exemples clairs et en fonction du type de problèmes que vous rencontrez (anxiété, solitude, confiance en soi…) les types d’expérience que vous devez activer ne seront pas les mêmes (protection, sécurité, gratitude…).

Nous vivons tous des expériences positives dans notre quotidien mais elles ont peu d’impact sur notre cerveau car nous n’y portons pas assez d’attention. L’objectif de cette méthode en 4 étapes est de réellement transformer ces expériences positives en structures neuronale solides dans notre cerveau.

 Citations du livre

« Considérer votre esprit comme un jardin. Vous pouvez vous contenter de regarder ses mauvaises herbes et ses fleurs sans juger ni changer quoi que soit. Vous pouvez arracher les mauvaises herbes en diminuant la part d’éléments négatifs. Ou vous pouvez planter des fleurs en accroissant la part d’éléments positifs. En substance, il existe trois manières principales de gérer son esprit : laisser être, lâcher prise, laisser entrer. Ce livre est consacré à la troisième option, cultiver des forces intérieures, c’est-à-dire faire pousser des fleurs dans son jardin. »

« S’incliner vers ce qui est bon ne revient pas à nier ni à repousser ce qui est mauvais. Vous ne faites que reconnaître, apprécier et utiliser les bienfaits. Vous êtes conscient de toute la vérité, de tous les carreaux de la mosaïque de la vie, pas seulement des négatifs. Vous reconnaissez ce qui est bon en vous, chez les autres, dans le monde, et dans l’avenir que nous pouvons bâtir ensemble. Et vous vous en imprégner. »

« Même si les faits positifs n’annulent pas les faits négatifs, le contraire est aussi valable. Les faits positifs sont partout autour de nous, même quand nos vies sont pleines de défis – des choses petites et grandes qui renforcent notre bonheur et notre bien-être […] Les faits persistent et abordent, aussi obscurcis soient-ils. A l’instant même – et la plupart du temps -, vous allez bien. Chaque moment d’expérience est saturé d’une plénitude presque accablante. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *