Histoire d’un orphelin en quête de vengeance

Lors de mon séjour à la Green School Cambodia, j’ai eu l’opportunité de rencontrer John (nous l’appellerons ainsi pour des raisons de sécurité et de confidentialité). A l’âge de 19 ans, John a décidé de rejoindre une unité spéciale de l’armée Cambodgienne afin de venger ses parents qui ont été tués par les khmers rouges en 1977.

Ma rencontre avec John se déroule le dimanche 25 mars au soir autour d’un repas traditionnel Khmer dans un petit village reculé du sud du Cambodge. John est commandant du premier régiment de la division spéciale des orphelins, cette division compte 10 000 hommes répartie en 3 régiments de 3000 hommes et d’une autre unité (dédiée à la logistique, au transport, à la communication et aux soins médicaux) comptant 1000 hommes.

Organisation de la division spéciale des orphelins

Organisation de la division spéciale des orphelins

En avril 1975, les khmers rouges entrent dans Phnom Phen et font un coup d’état afin d’arracher le pouvoir au gouvernement en place dirigé par Lol Nol. Le gouvernement Lol Nol soutenu par les américains est alors chassé par les khmers rouges sous les couleurs du communisme. De 1975 à 1979, un véritable génocide est organisé, les intellectuels, les partisans de l’ancien gouvernement et bien d’autres « opposants » sont traqués, emprisonnées puis tués.

Des milliers de personnes sont enfermés dans la prison S-21 (Tuol Sleng), ancien lycée reconverti en prison militaire par les khmers rouges, les prisonniers y sont enfermés puis torturés jusqu’à ce qu’ils avouent des fautes (qu’ils auraient soi-disant commises). Une fois les aveux obtenus par leur interrogateur, le prisonnier étaiet ensuite sommairement tué dans des centres d’exécution appelés « Killing Fields ». Une bonne partie des personnes emprisonnés mourraient dans les prisons car les conditions de vie abominable et les actes de tortures insoutenables menaient très souvent à la mort.

La visite de la prison S21 et des « Killing Fields » situés dans la capitale à Phnom Phen reste un parcours éprouvant. Je vous conseille de commencer par la visite de la prison puis de vous rendre aux « Killing Fields ». Je vous conseille également de prendre les guides audios qui vous seront proposés. D’une part, ils sont très bien réalisés et d’autre part, ils vous seront très utiles pour bien comprendre l’histoire et les événements qui se sont déroulés dans ces lieux de mort.

De 1975 à 1979, les khmers rouges ont décimé près de 20% de la population totale du Cambodge (environ 2 millions de morts). Des procès ont été organisés et sont toujours en cours afin de retrouver les coupables pour les juger et les condamner. A Phnom Phen, un centre fait des recherches et scrute des milliers de documents à la recherche de preuves qui permettront de retrouver tous les coupables ayant participés à cette machinerie de mort.

La conséquence directe de ces millions de mort a été la recrudescence du nombre d’orphelins, des milliers d’enfants se sont retrouvés livrés à eux-mêmes sans aucune famille car tuée par les khmers rouges. John est un de ces hommes, lorsqu’il me raconte son histoire et parle des khmers rouges, il est facile de sentir la haine dans son regard. De nombreux hommes et femmes sont dans sa situation, certains ont sombré dans l’alcool et la dépression, d’autres vivent péniblement et silencieusement avec ce fardeau, d’autres comme John, ont choisi de prendre les armes afin d’assouvir leur soif de vengeance.

Enfants orphelins lors du régime Khmers rouges

Enfants orphelins lors du régime Khmers rouges

John : « C’est le premier ministre qui a demandé la création cette unité spéciale constituée uniquement d’orphelins. En créant ce corps militaire, il a été très intelligent car il connaissait notre soif de vengeance mais également que nous n’avions rien à perdre. C’est ce qui fait la spécificité de cette unité, les soldats qui la composent sont animés d’une forte détermination, d’une grande discipline, ils suivent les ordres et combattent sans relâche car la mort ne leur fait pas peur. »

En 1984, lorsque cette unité a été créée, des volontaires ont été appelés puis regroupés dans une salle.

Un homme dans la salle demande : « Pourquoi souhaitez-vous rejoindre cette unité ? »

John a été la première personne à répondre : « Je veux rejoindre cette unité pour venger mes parents. »

Déterminé à poursuivre cet objectif, il part ensuite en Russie pendant 1 an afin de s’entraîner avec l’armée russe et se familiariser avec leurs techniques de combat. John évoque en souriant : « J’ai dû manger de la nourriture traditionnelle russe pendant une année ! ». Il y avait des interprètes afin de traduire les instructions qui nous été données en langue russe en khmer. Un régiment de 3000 hommes s’est déplacé en Russie afin de se former aux différentes techniques de combat en collaboration avec l’armée russe.

A la suite de cet entrainement en Russie, John est ensuite retourné au Cambodge pour une période de repos qui a duré 3 mois puis un premier conflit contre les khmers rouges éclate. Les guérillas communistes sont retranchées à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, les hostilités durent 2 semaines (A cette époque, John est lieutenant). Du côté du régiment appartenant à la division spéciale des orphelins, il y a 7 morts et 2 blessés.

Retour à Phnom Phen pour une période de repos de 3 mois avant de repartir pour 6 mois d’entrainement dans le nord du Vietnam. Pendant 6 mois, un régiment entier de la division est entraîné par un colonel des forces spéciales vietnamiennes.

En 1996, après la période d’autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge (UNTAC ou APRONUC), un régiment est envoyé en Angleterre pour une période de partage de connaissance sur les techniques et pratiques de combat des 2 pays et notamment sur la création de plan stratégique de combat ou « Fighting plan ». A cette étape, John est devenu commandant du premier régiment de la division constitué de 3000 hommes.

Coopérations internationales pour les entraînements militaires

Coopérations internationales pour les entraînements militaires

Entre ces différentes phases d’entrainement et de partages de connaissance militaire, de nombreuses offensives sont lancées contre les khmers rouges. Au total, la division spéciale des orphelins perdra 3000 hommes mais remportera le conflit les opposant contre les guérillas khmers communistes.

 

Un commentaire

  1. Bonjour Eddy, j’ai rencontré « John » à la Green School. J’ai écouté son récit fort intéressant, ce récit rempli de haine, de vengeance et il y a de quoi ! Le Cambodge a subit un génocide d’une grande ampleur. Les kmers rouges se sont inspirés d’Hitler et en ont retenue que des horreurs les métants à éxécutions avec plus de cruautés.
    Je suis en France et ici très peu de personnes connaissent cette histoire, je le regrette fortement.

    Merci pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *